La femme Tunisienne et les éléctions du 23 octobre

L’idée a toujours été la même. Afin d’apparaître comme un mouvement ouvert et moderne, les leaders politiques ont toujours été favorables à la cause des femmes. Seulement, dès qu’ils prennent les rennes du pouvoir, ils réduisent les marges de liberté des femmes afin de satisfaire les conservateurs. C’etait le cas en 1789 en France, et en 1979 en Iran.

Je vais essayer de démontrer que c’est seulement si les femmes accomplissent les trois étapes suivantes qu’elles pourront commencer un nouveau type de révolution dans le monde arabe et musulman, et changer l’histoire de la femme arabe politique : 1. organiser une campagne paritaire adressée à toutes les régions du pays et pour tous les niveaux d’éducation. 2. engager une campagne éducationnelle et informative afin de mettre en valeur la contribution des femmes dans la société. 3. définir la responsabilité des femmes dans un pays en cours de transition démocratique.

La situation des femmes tunisiennes peut difficilement être comparée à celle de leurs homologues, particulièrement dans les pays arabes. Elles ont bousculé depuis longtemps la rigidité de leurs traditions et ont gagné un statut qui fait d’elles, du moins sur le papier, les égales des hommes dans la plupart des domaines de la vie politique, économique et sociale. Ainsi, plusieurs d’entre elles sont instruites, ont un travail et sont financièrement autonomes et actives dans la société. Seulement, la situation favorable de ces privilégiées cache la situation désastreuse dans laquelle vivent encore une large frange des femmes tunisiennes, particulièrement dans le milieu rural. Et la libération de la femme tunisienne ne sera effective que si elle englobe toutes les femmes, quelque soient leur région d’origine, leur milieu social et leur statut familial.

Après la révolution de la dignité engagée par les jeunes tunisiens et les personnes défavorisées, une autre révolution doit voir le jour. Seulement, celle-ci ne nécessite pas de feu ni de manifestations violentes. Il s’agit plutôt d’une révolution pacifique qui doit avoir lieu dans les esprits et les cœurs de toutes les femmes. Elle doit commencer immédiatement et par celles qui ont activement participé dans le renversement de l’ancien régime de Ben Ali. Pour cela, ces femmes devront vaincre la peur qu’elles sont de plus en plus nombreuses à ressentir dans les rues de Tunis lorsqu’elles se promènent tête nue et habillées comme elles l’ont toujours été. Ces femmes qui sont de plus en plus nombreuses à être inquiètes lorsqu’elles se pressent à leur travail ou qu’elles prennent du bon temps attablées sur la terrasse d’un café. Cette peur est le plus grand obstacle à leur liberté car elle se trouve ancrée au plus profond d’elles-mêmes. Il ne s’agira pas ici de faire sortir un despote et sa famille d’un quelconque palais mais de déloger l’héritage de siècles d’obscurantisme de l’esprit de leurs concitoyens. En effet, dans notre pays, des filles sont encore forcées de se marier  contre leur gré, de travailler dans les maisons bourgeoises comme servantes à un âge où elles devraient jouer et étudier, de subir toutes sortes de harcèlements dont des abus sexuels  de la part de leurs proches et des hommes du voisinage, des pratiques qui demeurent tabous.

C’est de la responsabilité des femmes tunisiennes instruites et actives dans le milieu professionnel ou dans la société civile de se regrouper en communautés pour engager ce nouveau combat. Elles ne doivent pas se satisfaire du niveau intellectuel et financier auquel elles sont parvenues car leurs connaissances ne valent que si elles sont partagées par le plus grand nombre de femmes et non par une minorité d’entre elles. Malheureusement, je constate que les débats engagés par plusieurs de ces femmes sur Internet, dans les milieux favorisés et sur les campus universitaires sont bien éloignés des préoccupations de la femme tunisienne issue d’un milieu modeste. Ces débats me semblent concerner davantage un souci de préserver leurs privilèges qu’une réflexion sur l’extension des avantages dont elles ont bénéficié à l’ensemble des femmes tunisiennes.

Un bon endroit pour commencer les programmes éducatifs pour les femmes par les femmes est leur maison. Il ne faut pas, en effet, sous-estimer le fait que les maisons dans lesquelles se pratique la répression donnent des sociétés où se pratique la répression. Pensez un instant à un enfant qui grandit avec une mère qu’elle voit opprimée et asservie, qui a renoncé à son droit d’être éduquée et de choisir entre travailler et rester à la maison, entre gagner son autonomie économique ou rester dépendante de son mari. C’est une préparation à une vie de despotisme et d’asservissement. Cela prépare la voie à une société totalitaire.

Afin de changer les mentalités d’hier, ces femmes doivent tout d’abord changer l’esprit des hommes et des femmes qui les entourent et ceci se fait à travers la culture et l’éducation. L’éducation dont il est question ici est l’auto-éducation et l’éducation one to one. C’est à chaque femme militante de parler et d’éduquer ceux et celles qui l’entourent sur ce que signifie l’égalité entre les hommes et les femmes dans une société.

Les femmes militantes doivent savoir que de pareils programmes éducatifs ne sont pas un luxe mais une nécessité qu’elles doivent commencer immédiatement si elles veulent capitaliser sur les anciens gains qu’elles ont obtenu. Ces femmes devraient peut-être tenir quelques sit-in et organiser plus de visites sur le terrain car il y a déjà plusieurs signes qui indiquent que les partis politiques n’accordent pas aux femmes toute la place qu’elles méritent en tant que partie intégrante de la société et au vu du rôle qu’elle ont joué lors de la révolution. Il y a ainsi peu de femmes dans toutes les nominations qui ont eu lieu après le 14 janvier que ce soit dans le gouvernement, dans les régions ou dans les commissions mises en place. Les femmes militantes, si elles sont réellement leaders, devraient s’inquiéter de tous les acquis qui sont les leurs durant les 50 dernières années, qui ont fait d’elles les femmes les plus éduquées, les plus progressistes et les plus indépendantes du monde arabe. Afin de demeurer sur la route, la mise en œuvre d’un solide plan de campagne est leur seule option. Et plus elles demeurent dans l’expectative, plus elles donnent la chance à leurs adversaires d’alimenter une vision qui est diamétralement opposée à la leur.

Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Comments

  • monia  On September 21, 2011 at 7:15 am

    la femme tunisienne a pris une place très importante et a acquis plusieurs choses positives depuis des années c’est pour cela qu’il faut etre attentive ,ferme et protectrice de ses droits.il ne faut pas donner la chance aux advrsaires afin de nuir a son indépendance et a sa liberté.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: